"Tu seras bilingue, mon fils..."



Résultats de recherche d'images pour « bilinguisme »
Mauvais en langues, les Français ? C'est leur réputation. Dommage. Car les vertus du multilinguisme sont nombreuses. Et si beaucoup se joue dès l'enfance rien n'est définitif. Le défi est moins d'apprendre que de persévérer dans la pratique.

Lu dans : "Les Echos", suppl. week-end, vendredi 14 et samedi 15 avril 2017, p. 57-61

Paysage avant la bataille électorale : la fin des partis politiques : dossier



Le renoncement de M. François Hollande à briguer un second mandat consacre autant son échec que l'épuisement d'institutions accordant au président de la république un pouvoir exorbitant. Dans un jeu plus ouvert que prévu, les turpitudes du candidat Les Républicains, M. François Fillon, ont monopolisé l'attention au détriment de questions telles que les interventions militaires françaises, l'avenir de l'assurance-maladie ou la culture. Plus que jamais confrontée au verrou européen, la gauche manifeste aussi un grand embarras au sujet de l'immigration. Et si les candidats cherchent à s'affranchir des partis traditionnels, les organisations crées pour leurs campagnes n'apportent pas toujours le renouvellement proclamé.
Résultat de recherche d'images pour "elections presidentielles 2017"

Lu dans : "Le Monde diplomatique", n° 757, avril 2017, p. 13-20

Gaël Faye : Douce colère

Découverte du Printemps de Bourges en 2011 avec son précédent groupe Milk Coffee et sugar, Prix Charles Cros avec son premier album solo Pili pili sur un croissant au beurre, pluie de prix pour son premier roman Petit pays, Gaël Faye a monté les échelons du succès, marche après marche. Quelle histoire attend son nouvel EP Rythmes et botanique ?





Lu dans  : "FrancoFans", n°64, avril-mai 2017, p. 38-40

Si c'est un livre


C'est l'un des chefs-d'oeuvre de la littérature concentrationnaire, un best-seller traduit dans une quarantaine de langues, pourtant comme son auteur, Primo Levi, 'Si c'est un homme' est un rescapé. Dans l'Italie de l'après-guerre, personne ou presque ne voulait de ce récit de déportation. publié en 1947 chez un petit éditeur, il mettra quarante ans à toucher le grand public. Une reconnaissance tardive dont dont l'écrivain ne profitera guère : il a mis fin à ses jours il y a tout juste trente ans.





Lu dans : M Le Magazine du Monde, n° 274, samedi 25 mars 2017, p. 64-67

Un peu de Prévert, beaucoup, à la folie !

Lu dans : "Le Français dans le monde", n°410, mars-avril 2017, p. 48-57


Un dossier littéraire et pédagogique présenté à l'occasion du 40 ème anniversaire de la disparition de Jacques Prévert.
Un peu de Prévert en cette année 2017 grâce à de multiples publications présentées dans ce numéro et qui font la part belle au scénariste, au parolier, au poète, à ce touche-à-tout de génie resté populaire et accessible. Un peu, passionnément de Prévert pour se pencher sur cette langue aux structures simples et aux soubassements profonds.